Les Piliers en éthologie

Les pratiques éthologiques deviennent accessibles et de nombreux praticiens proposent leurs savoirs pour aider les cavaliers et leurs chevaux. Cela confirme l'incontournable évolution nécessaire du monde équestre d'aujourd'hui.

Mais il y a selon moi une limite, sinon un écueil qui menace cette démarche; L'humain a besoin de conceptualiser,  d'expliquer, de définir, de comprendre, souvent dans le but inconscient de maîtriser quelque chose... C'est sa nature. On voit exploser le nombre de théorisation, d'échaffaudages intellectuels, d'explications plus ou moins compliquées à propos des chevaux et de l'équitation. Cela peut nous emmener vers de fausses théories de façon imperceptible jusqu'à l'illusion la plus complete.. les mots et les concepts peuvent être compris différemment par deux personnes, car le langage et la transmission des idées sont des choses très difficiles: deux personnes qui entendent une même phrase peuvent la comprendre différemment. Sans parler de l'affectif humain excessif ou mal placé, de l'anthropomorphisme...Au Moyen Age, les gens construisaient des cathédrales; ils montaient des échaffaudages en bois. Quand un échaffaudage était mal conçu ou mal assemblé, il s'écroulait; cela faisait des morts tout de suite... Dans notre monde intellectuel d'aujourd'hui, on peut échaffauder des théories bancales ou incompletes qui sont illusoires... cela fait des morts aussi, mais pas tout de suite...

Tout cela n'est pas grave pour l'humain qui fait ses propres expérience et suit sa propre évolution... cela est grave parce que cela nuit aux chevaux. 

Les concepts échaffaudés par les hommes de chevaux, dont les écuyers renommés de jadis sont très intéressants, ont fait leurs preuves et méritent l'attention. Tous les piliers qui sont aujourd'hui énoncés par les ethologues, écuyers, profs et autres personnes du monde du cheval méritent l'attention. Rectitude équilibre,cognition,  Controle, confiance, connexion....

Il en a tres tres peu qui, selon moi, abordent le 4eme pilier, le pilier essentiel et invisible à partir duquel tout se construit. Je veux parler de la sincérité qui conduit à entrer véritablement dans le monde des chevaux, comme dans toute dimension réelle d'ailleurs. 

SINCERITE vient du mot cere qui signifie "la cire"; celle dont on faisait auparavant les bougies des temples. Autrefois, les temples étaient envisagées comme des lieux terrestres construits à l'image de l'ordre céleste et de ses lois immuables. Les lampes (les bougies) représentaient symboliquement la Lumiere (divine) qui éclaire et habite la conscience des êtres. Les bougies de cire, issues des abeilles (animal hautement symbolique) brulent sans fumée et sans résidu. Elles disparaissent au fur et a mesure qu'elles se consumment en une flamme lumineuse. L'idée derriere tout cela, est que pour voir, il faut disparaitre, se donner totalement sans attendre rien de soi ni des autres.

Par rapport au sujet qui nous intéresse (Vertu des hommes et femmes de chevaux), je place la sincérité comme la condition unique qui permet d'entrer dans leur monde. Etre sincere est ne rien vouloir, ce qui ne veut pas dire ne rien leur demander ou leur faire faire... (je développe plus loin)

Etre sincère est d'abord ne pas se mentir, ni à soi ni aux autres. Oui, je veux faire faire quelque chose avec le cheval, je le fait vivre en captivité contre son gré, je le monte, je m'énerve parfois et je ne devrais pas, je fais des erreurs, je ne suis pas impeccable... oui c'est vrai. Si je me le dit sincerement, je ne me ment pas, je ne ment pas au cheval. et je dit les choses telles qu'elles sont. Sans la sincérité aucun travail, aucune connaissance ne peut aboutir. Si l'on déforme les choses et qu'on ne les appelle pas par leur nom, rien ne pourra se construire. C'est ce que je repproche à toutes les théories aussi brillantes soient-elle, aussi vraies soient-elle. D'être des illusions, voire du marketing de la vanité déguisée...